Avec lui le calcul est vite fait. A raison d’une durée moyenne de séjour qui avoisine les 4 jours et sachant que ce sont surtout des familles de 4 à 5 personnes qui fréquentent le site et des clientèles de passage (les durées de séjours sont alors de deux jours seulement), le Domaine du Palais atteint l’équilibre à 100 k€ de CA.

Pour 2017, fort de cette lancée il espère 200 k€. Et si la piscine (qu’il voit bien située au cœur de la résidence) voit enfin le jour il est certain de passer les 250 k€ de CA.

Intéressant, lorsque renchérit-il, il estime «à 12€ par personne et par jour en moyenne, les dépenses, hors hébergement et restauration, qui irriguent le territoire alentour»

Pour autant même si une douzaine d’appartements sont classés grand Palais car plus «luxueux», les autres, à partir de 80€ (dégressifs) la nuit, en font une résidence de qualité qui sait rester abordable.

«Ça fait partie de notre philosophie que de vouloir rester accessibles et puis il faut rester à l’échelle de Ariège» complète Stéphane de Jurquet.

Par ailleurs, les locations longues durées sont aussi possibles (pour six mois maximum à 450€ l’appartement) avec tous les services para-hôteliers fournis.

Ce couple d’ingénieurs qui va travailler au CNRS de Moulis a tout de suite trouvé un intérêt à ce type de logement temporaire avant de louer ou peut-être acheter autre chose.

Lorsqu’on s’inquiète du mélange des genres, il répond que chaque bâtiment a sa vocation spécifique de façon à ce qu’aucune clientèle n’en perturbe une autre et que l’harmonie des lieux soit respectée.

Petit à petit, le Domaine du Palais atteint sa vitesse de croisière parce que très attentif également aux postes de coûts et se permet de caresser d’autres espoirs.

Comme faire réaliser cette piscine ouverte au cœur du site. Et surtout vouer le bâtiment A, plus a l’écart des autres, en petit hôtel de charme avec sa dizaine de chambres et les deux salles de séminaires.

Un projet adossé aux salles de réception qui permettrait d’aller plus loin encore: «pourquoi pas dans un tel cadre imaginer une résidence d’accueil pour les artistes qui effectueraient là des stages publics ou des séances de création à l’image d’une villa Médicis», rêve à haute voix S. de J.

«Il faut s’appuyer sur la vocation culturelle voire spirituelle du Palais des Evêques situé au cœur de Saint-Lizier» poursuit-il couvant du regard ce patrimoine qui l’entoure, lui qui souhaite prendre garde «à ne pas insulter l’avenir»

Un projet qu’il est allé défendre devant les pouvoirs publics et qu’il espère fédérateur de partenariats nouveaux avec le soutien des collectivités locales.

A terme, il espère pouvoir créer 5 emplois à temps plein.

Pour l’heure, la salle de réception, refaite à neuf, a accueilli son premier grand séminaire. 300 cadres de SWM (propriétaire de la Moulasse) venus de toute la France en séminaire d’entreprise. Tout un symbole, décidément.


Subscribe to comments Comment | Trackback |
Post Tags:

Browse Timeline


Add a Comment


XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>