Faire venir les visiteurs étrangers et mieux les accueillir sont des objectifs qui ont toujours été dans les préoccupations des gestionnaires et responsables de sites patrimoniaux en Languedoc-Roussillon. Aujourd’hui, en raison de l’évolution démographique, politique et/ou économique des pays dits « émergents », on observe la venue en force et pour des séjours de plus en plus fréquents, de nouvelles nationalités très convoitées pour leur soif de découverte et leur pouvoir d’achat important. Parmi ces pays, la Chine, le Brésil et la Russie ont une relation toute particulière avec la destination « France » et le Sud en particulier -Côte d’Azur, côte Vermeille, Montpellier, le Pays Cathare…). Celle-ci occupe en effet une place “à part” dans la culture de ces trois peuples grâce à des liens historiques privilégiés.

Pour les professionnels du tourisme et de la culture en Languedoc Roussillon, c’est à la fois un atout et un enjeu vital : il s’agit d’affiner notre connaissance de ces clientèles, de mieux comprendre leurs motivations et leurs attentes pour améliorer l’attractivité de notre patrimoine culturel et le distinguer plus fortement de l’offre d’autres pays européens.

L’important travail d’étude réalisé dans les années 2000 par le Centre des monuments nationaux, apporte de précieux éléments de réponse à ces questions et permet de mieux appréhender les représentations et attentes de ces visiteurs venus de loin pour mettre en place une réponse à la hauteur de leur espérance.

L’objectif de cette étude était de connaître les représentations mentales, sociales et historiques des visiteurs étrangers du patrimoine français, puis de mesurer l’écart entre ses représentations et la perception de ces visiteurs, à l’occasion de la visite elle-même. La méthodologie retenue s’appuie sur une enquête réalisée sur les sites en France auprès de quelques 3 000 visiteurs étrangers, primo-visiteurs et «récidivistes» et sur l’interview de relais professionnels - touristique et culturel - dans les trois pays. Le traitement de ces témoignages fait apparaître les grandes tendances de comportement, notamment en fonction des générations et de la courbe d’expérience dans la pratique des voyages dont vous trouverez ci-dessous les principaux enseignements.

Représentations et attentes du visiteur russe

1. Références culturelles

Références dominantes en littérature :
Jules Vernes, Alexandre Dumas, Balzac, Victor Hugo, Saint-Exupéry, Aragon, Pagnol pour le “Sud exotique”

Principales références historiques
La plupart des Russes ont en mémoire l’exceptionnelle relation de la France avec la cour impériale russe depuis Pierre le Grand, le français comme langue de la noblesse et de l’élite. La conscience que la Russie est sans doute un des seuls pays à intégrer volontairement à ce niveau la culture française et à la revendiquer.
- Napoléon, la Grande Armée, la campagne russe de 1812
- la Révolution française, la Commune de Paris
- la période de la 2ème Guerre Mondiale, la France comme alliée de la Russie,
l’escadrille Normandie-Niémen (rapprochement et estimes réciproques en temps de guerre.)

Films / documentaires
- les films français des années 60-80
- les adaptations télé des romans de Dumas (« les trois mousquetaires » et « la reine Margot ») des années 80 et 95, servies par des acteurs russes de renom sont très appréciées ainsi que celle des « Mystères de Paris »
- « la fenêtre vers Paris » du cinéaste Yuri Mamine tourné en 1994 a connu un grand succès.
Nota : Les personnages de cette comédie découvrent une possibilité fantastique de se déplacer de Saint-Pétersbourg vers Paris. Leur
circulation inhabituelle entre deux mondes fait constater l’existence des frontières invisibles qui séparent l’Occident et les pays post-socialistes,
même si l’idéologie communiste n’existe plus.
- « rousskii parish », un documentaire revient sur l’émigration blanche et la tradition de la France comme terre d’accueil. Parcours initiatique sur les traces de la mémoire de la diaspora.

La chanson française
La chanson française est très populaire en Russie où tout le monde – y compris les plus jeunes - à en tête une mélodie  d’Edith Piaf ou de Mireille Mathieu ou des chanteurs de la région Georges Brassens, le Sêtois,  en tête. Ces chansons dont on ne comprend pas toujours les paroles sont ressentis comme un air de France.
Récemment la comédie musicale « Notre Dame de Paris » a été très appréciée par le public russe.


Subscribe to comments Comment | Trackback |
Post Tags:

Browse Timeline


Add a Comment


XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>